prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître. La chronique Grain de Sel du Plateau du J’Go, février 2008.
Les apiculteurs ont le bourdon
Par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences.

L’émission le Plateau du J’Go enregistrée par la Mission Agrobiosciences à Radio mon Païs en février 2008 était consacrée à la biodiversité, "petits arrangements avec le vivant". Justement, vivantes, elles le sont de moins en moins, les abeilles. Le point sur leur mystérieux affaiblissement : un sujet de polémique où les apiculteurs sont piqués au vif.

 

Chronique Grain de sel

Les apiculteurs ont le bourdon.

"De quoi meurent les abeilles ? C’est un sujet diablement complexe, où foisonnent les polémiques. Un sujet délicat , également, du côté des scientifiques qui planchent sur les raisons de cette surmortalité et qui, pour la plupart, émettent les plus grandes réserves pour s’exprimer en public ou auprès des médias.

Les faits d’abord ; en France et ailleurs, y compris aux Etats-Unis, cela fait plus de dix ans que les apiculteurs constatent un affaiblissement des colonies avec des taux de mortalités anormalement élevés : au lieu des 5 à 10% d’abeilles qui ne passent pas l’hiver, bon nombre d’éleveurs enregistrent près de 50 % de pertes hivernales, voire plus selon les élevages, ce qui induit une baisse de la récolte de miel et donc de revenu.
Selon eux, les symptômes qu’ils constatent dans leurs colonies - tremblements des abeilles, faiblesse, troubles d’orientation - évoquent une intoxication. Pour les apiculteurs, le coupable est clairement identifié au milieu des années 90 : il s’agit des semences de maïs et de tournesol enrobées d’un insecticide, le Gaucho, dont on retrouve des résidus dans les pollens et les nectars. Après une forte mobilisation, principalement à partir de 1997 où les médias alertent l’opinion publique, les apiculteurs gagnent enfin la bataille et obtiennent la suspension du Gaucho en 1999. Las, après une courte embellie, les symptômes reprennent de plus belle. Normal, selon les éleveurs, il y a depuis peu un autre insecticide qui enrobe les graines, le Régent, à base de fipronil. Et de batailler à nouveau durant plusieurs années. Victoire : le fipronil est suspendu en 2004. Ce qui n’empêche toutefois pas de connaître, au cours de l’hiver 2006, un pic de mortalité dans les colonies. Mais ce qui relance aujourd’hui la grogne, c’est la toute récente autorisation d’un troisième insecticide, le cruiser. Sa haute toxicité à doses faibles, y compris pour les abeilles, fait qu’il n’est d’ailleurs autorisé en France que pour un an et uniquement en enrobage des semences de maïs destinée à l’alimentation animale. Des restrictions qui renforcent les craintes des apiculteurs. Du coup, ce n’est pas franchement la lune de miel entre ces derniers et les semenciers.

Diagnostics multiples

Là où cela se complique, c’est d’abord qu’il y a une controverse scientifique sur l’évaluation de la toxicité de tous ces produits, très difficile à mener en plein champ. Ensuite, la contestation du gaucho, du régent et du cruiser, utilisés dans bien d’autres pays, ne semble avoir lieu qu’en France, ce qui ne manque pas d’interroger les observateurs de cette passe d’armes.
Surtout, depuis plusieurs années, bon nombre d’équipes de recherche partent de l’hypothèse que la mort des abeilles et le syndrôme de dépeuplement des colonies seraient liés à plusieurs facteurs combinés. Les principaux :

- l’appauvrissement de la biodiversité, et donc de l’apport nutritif des abeilles. Peu convaincant, répondent d’autres. Les pertes ne seraient pas corrélées à des zones où la biodiversité est moins riche.

- L’achat massif, par les apiculteurs, de races d’abeilles étrangères. Une importation qui ne date pas d’hier, rétorquent les concernés, car l’abeille noire, notre abeille domestique, est trop difficile à multiplier et réputée plus agressive. Reste que cette importation s’est fortement accélérée ces dix dernières années.

- La présence, enfin, d’un parasite arrivé d’Indonésie il y a une vingtaine d’années, le Varroa, qui affaiblit les colonies et favorise l’irruption d’autres maladies qui achèvent les abeilles, comme la nosemose ou la loque. Mais sur ce point, ce qui est également parfois en cause, ce sont des traitements non homologués que certains apiculteurs utilisent pour lutter contre le varroa (il existe peu de traitements efficaces) et qui seraient toxiques pour les abeilles. Bref, un remède pire que le mal..

Ce qui empoisonne les débats

Résumons. Au cœur de la polémique, un point clé : la question de l’indépendance ou non des parties prenantes.
D’un côté, les apiculteurs dénoncent les pressions des semenciers et des firmes phytosanitaires, avec des enjeux économiques puissants. Les firmes ont de fait tout intérêt à incriminer d’autres serial killers que les phytosanitaires.
De l’autre, plusieurs scientifiques pointent la difficulté à mener des recherches autres que sur les pesticides, et accusent la filière apicole en France, jugée peu structurée, où les élevages sont de plus en plus intensifs, et qui compte une nette majorité d’amateurs. En clair, la filière apicole ne tiendrait pas à ce qu’on pointe du doigt de mauvaises pratiques parmi ses producteurs et prend à assez violemment à partie les équipes de recherches qui le font.

En attendant, les abeilles continuent de disparaître. D’autant que s’y ajoutent depuis peu les dégâts provoqués par le frelon tueur asiatique. Il serait donc judicieux de réunir autour d’une table l’ensemble des protagonistes - firmes semencières, industries phytosanitaires, agriculteurs, apiculteurs et chercheurs - et ce au plan international, pour mettre à plat les enjeux économiques, croiser l’expérience de terrain et les études scientifiques, repérer les failles de l’organisation de la filière comme de l’évaluation scientifique. Une initiative à lancer « dard-dard »"...

Accéder à l’Intégrale de l’émission de février 2008 : "Biodiversité : petits arrangements avec le marché du vivant"

Le Plateau du J’Go est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales du Plateau du J’Go mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société- Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edité par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : OGM et Progrès en Débat » - Des Points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal- Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Au cours de forums, de tables rondes, d’entretiens et de restitutions de colloques, la Mission Agrobiosciences cherche, au-delà du décryptage du terme bien-être animal, sujet à controverse, à déceler les enjeux et les nouvelles relations qui lient l’homme et l’animal et à en mesurer les conséquences pour le devenir de l’élevage, de l’alimentation et de la recherche médicale. Un débat complexe mêlant des notions de souffrance et de plaisir, d’éthique, de statut de l’animal, de modèles alimentaires...

Accéder à toutes les Publications : Sciences-Société-Décision Publique- Une « expérience pilote » d’échanges transdisciplinaires pour éclairer les enjeux, mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages en « Science et Société », instruire les débats en cours, clarifier des enjeux scientifiques et sociétaux des avancées de la recherche, participer à l’éclairage de la décision publique et proposer des réflexions et des objets de recherche à la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens- Des conférences de scientifiques de haut niveau et des débats avec les lycéens exprimées dans le cadre « L’Université des Lycéens » une expérience pilote pour lutter contre la désaffection des jeunes pour les carrières scientifiques. Ces publications constituent un outil pédagogique « vivant » qui favorise une lecture agréable et une approche « culturelle » de la complexité de la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies.
Depuis 2005, la Mission Agrobiosciences a participé à plusieurs manifestations (et a organisé des débats) sur le thème des bioénergies et de ses enjeux pour le futur de l’agriculture. Le magazine Web « Agrobiosciences » permet d’accéder à leurs contenus et de disposer d’éléments d’éclairage sur les possibilités, les limites, les solutions alternatives. L’ensemble réunit les analyses d’acteurs des filières industrielles et agricoles ainsi que des chercheurs tant dans le domaine de l’économie que de la chimie. (Septembre 2006)

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Des conférences-débats, articles et chroniques. Ces publications « Histoire de... » de la Mission Agrobiosciences concernent la science, l’agriculture, l’alimentation et leurs rapports avec la société. Des regards sur l’histoire, pour mieux saisir les objets dont on parle et l’origine technique et humaine des « produits » contemporains. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux Pour mieux comprendre les enjeux locaux et mondiaux et les turbulences qui agitent les acteurs de l’eau
Au cours de forums, de tables rondes et de conférences, de revues de presse et de sélections d’ouvrages, la Mission Agrobiosciences cherche à décrypter les enjeux mondiaux et locaux qui agitent le monde de l’eau : de la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES-

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr