prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !", février 2008
"L’air de rien, la figure du paysan"
Par Jean-Marie Guilloux, Mission Agrobiosciences
Source jeantosti.com/

Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"), l’émission radiophonique de la Mission Agrobiosciences diffusée chaque mois sur Radio Mon Païs (90.1 et par podcast), Jean-Marie Guilloux proposait une chronique de "Mise en bouche" sur l’imaginaire qui entoure la figure du paysan.
Cet imaginaire repose aujourd’hui sur la figure d’un paysan qui fleure bon le "terroir", dont les produits seraient sains, authentiques. Mais selon plusieurs intellectuels, cette image serait surtout une construction marketing basée sur du vide.
Une chronique réalisée dans le cadre de l’émission de février 2008, spéciale "Biodiversité : petits arrangements avec le marché du vivant".

 

La figure du paysan, l’air de rien
Mise en bouche de Jean-Marie Guilloux

"Rappelez-vous les fêtes encore récentes. La mode alimentaire n’a pas manqué de nous rejouer un air connu : manger bien, intelligent, festif, manger bonheur, ai-je même vu, c’est manger paysan. Cette figure du paysan, surtout celle de son territoire ou plutôt, pour parler politiquement correct, de son “terroir”, plane tout autant dans les discours des grands chefs, toujours accompagnés du producteur forcément local, que sur la valse des étiquettes qui collent à ces produits respectueux des traditions ou, terme de plus en plus partagé, authentiques. Tout cela est véhiculé “l’air de rien” et finit par rentrer dans nos esprits comme une manière de voir et de vivre qui irait de soi, qui va de soi. Qui contesterait en effet les bienfaits de produits sains, sains pour le corps et l’esprit, lesquels véhiculent surtout l’image d’une vérité éternelle qui vient contrer les méfaits d’une production intensive et industrielle, forcément nuisible ?
Eh bien, pas mal d’intellectuels le font. Et plutôt radicalement. Soulevant et parfois dénonçant une entreprise de séduction qui repose sur du vide - ce paysan n’existe plus -, et sur une pernicieuse légèreté : ces images font appel à des symboliques qui sont, il est vrai, bien ancrées en nous. Mais ils ne font que les flatter à défaut de les nourrir. Je m’explique. Du côté des historiens, les spécialistes du rural, le paysan retrouvé est une construction qui joue pour des besoins marketing (sans diaboliser pour autant ce dernier), sur cette notion très sensible d’une terre qui ne ment pas, vieux refrain aux accents pétainistes qui propose de mettre le paysan dans une sorte de musée vivant. D’ailleurs, ces derniers n’hésitent pas, non sans mal, sur les marchés, à chausser leurs sabots et se coiffer d’un béret pour exister dans ce nouveau bain de culture. Je dis non sans mal car, depuis les années 60, leur combat à eux, c’était celui de la normalisation. Ils avaient cru éradiquer la réalité paysanne et ses dérivés péjoratifs - je veux parler du bouseux, du péquenot, du plouc - et voilà qu’ils reviennent au galop dans une “acception positive”. Ceci, entre guillemets, car ils sont ainsi déguisés, désignés et d’une certaine manière obligés de rejouer la pièce de leurs grands-parents alors même que ceux-ci leur disaient « je ne veux pas que tu sois le paysan que j’étais ». Bref, les voilà en quelque sorte inféodés à notre regard surplombant, sommés d’apaiser notre propre nostalgie. L’historien Jean-Luc Mayaud parle d’une fonction symbolique disproportionnée.
Les symboles, parlons-en. L’alimentation, comme l’agriculture touchent à des dimensions symboliques très fortes : l’origine, l’incorporation d’aliments censés nous transmettre leurs qualités, leurs bienfaits pour l’environnement d’une agriculture ancestrale. Patrick Denoux, professeur en Psychologie Interculturelle, parle notions qui font appel à nos archaïsmes,ceux que nous avons au plus profond de nous-mêmes et qui impliquent notre corps et notre psychisme. Mais, ajoute-t-il, si ces symboliques sont sérieuses, les messages que nous recevons ne leur donnent pas de sens ; ils se contentent de les manipuler à des visées de publicité. Selon lui, le retour au béret n’est pas un désir que nous aurions exprimé, il nous est tombé dessus dans un contexte où nous pouvions nous sentir dépossédés, par la mondialisation économique par exemple. C’est-à-dire dépossédés de pouvoir agir sur notre destin. Alors, cet objet réinventé du paysan nous flatte comme une valeur refuge que nous sommes censés sacraliser et surtout consommer, car c’est le but. Et ça marche. Il suffit de voir le succès remporté par les vertus d’une proximité terrienne exprimée durant les vacances dans toutes les régions, dans une farandole ininterrompue de la houe, des sabots et du velours côtelé. Il s’agit d’une construction jouée par les acteurs eux-mêmes, manipulés et manipulant ces fêtes incessantes d’un monde agricole franchouillard, non hostile, harmonieux et réconciliateur. Nous sommes égarés et ce théâtre nous recentre sur ce qui est la vérité des choses. Sauf qu’il ne s’agit là que d’une comédie, une image.
Ces manipulations de nos archaïsmes, si elles ont un impact sur notre consommation, ne résolvent en rien la question du sens à accorder à notre rapport à la nature et à nos origines. Si nous tentions réellement de le faire et de le considérer comme un défi majeur, nous serions alors plus enclins à considérer l’agriculteur comme un acteur clé de cette modernité. Produire totalement écologique, nous le savons, c’est acquérir des techniques nouvelles et être à l’avant-garde de ces enjeux contemporains. Bref, un acteur fortement incarné, central, tourné vers ce progrès que nous réclamons pour les générations futures. Le paradoxe aujourd’hui, avec la figure d’un paysan virtuel, c’est que notre système, pour redonner chair au monde agricole, lui propose surtout une désincarnation. A défaut d’envisager avec les exploitants la révolution écologique qui s’imposerait, nous nous retrouvons de plus en plus dans la vision d’un “paysan produit”, chacun le sien ; mon paysan est devenu un produit coincé, immobilisé et mis sous cloche sur les étals de nos marchés et les gondoles de nos supermarchés."

Chronique réalisée dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go") de février 2008, émission spéciale "Biodiversité : petits arrangements avec le marché du vivant".

Accéder à l’Intégrale de cette émission spéciale, "Biodiversité : petits arrangements avec le marché du vivant"

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences :
- "Revenir au paysan, c’est retourner avant 1960", par Jean-Luc Mayaud, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, dans le cadre de la 9ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale.
- "L’agriculture se voit assigner une fonction symbolique disproportionnée", par Jean-Luc Mayaud, dans le cadre de la 12ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale.
- "La figure du paysan comme lieu de fracture culturelle", par Patrick Denoux, Professeur de Psychologie Interculturelle, dans le cadre de la 9ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale.
- "Le jeu de l’image brouille l’image du “je”", par Patrick Denoux, dans le cadre de la 9ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale.

Accéder au programme de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, "C’est par où, le rural ?", à Marciac, les 6, 7 et 8 août 2008

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr