prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
"Ça ne mange pas de pain !" : l’alimentation en questions
Développement durable : une nouvelle manière d’acheter des indulgences ?
L’interview de la géographe Sylvie Brunel par Jacques Rochefort dans le cadre "Ça ne mange pas de pain !" de janvier 2008 "Aïe, le retour des obscurantistes !"
Sylvie Brunel copyright www.canal-u.fr

Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !" de janvier 2008 (anciennement le Plateau du J’Go), « Aïe, le retour de l’obscurantisme », Jacques Rochefort interviewait Sylvie Brunel, Professeure de Géographie à l’Université Paris IV et à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.
Economiste, géographe mais aussi écrivain, Sylvie Brunel s’intéresse de près aux questions de développement. Elue "Femme de l’année" en 1991, elle a été membre du Haut Conseil de la Coopération Internationale et a longtemps travaillé dans l’humanitaire - pendant plus de quinze ans-, auprès d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) telles que Médecins Sans Frontières et Action Contre la Faim. En mars 2002, elle démissionnait de cette dernière dénonçant alors une dérive marchande.
Selon elle, le développement durable serait devenu une nouvelle religion au sein de laquelle tout un chacun est convié à s’exonérer de ses péchés "carboniques" par le don. Sous des discours apparemment scientifiques, il ne s’agirait là que de principes moraux visant à régenter la vie des individus. A croire effectivement, que les obscurantistes sont de retour...

 

Développement durable : une nouvelle manière d’acheter des indulgences ?

Séquence les Pieds dans le plat de "Ça ne mange pas de pain !" de Janvier 2008. Interview de la géographe Sylvie Brunel par Jacques Rochefort, Mission Agrobiosciences ; suivie des questions des chroniqueurs.

J. Rochefort : Sylvie Brunel, bonjour et merci d’avoir accepté cette invitation à "Ça ne mange pas de pain !" .
Evoquant le développement durable, vous avez dit ceci : « annonces apocalyptiques, appels à s’exonérer de sa culpabilité par le don, le développement durable est devenu une nouvelle religion. Les prédicateurs apparaissent, sommant l’humanité de s’amender sous peine de disparaître. Les particuliers sont appelés à compenser les émissions de carbone suscitées par leur niveau de vie, comme on achetait jadis des indulgences ». Une posture, qui n’est pas sans rappeler celle des obscurantistes. Alors d’après vous, si obscurantisme il y a, quels sont les obscurantistes aujourd’hui ?

S. Brunel : J’aimerais tout d’abord rappeler une chose. Il y a un tournant marquant dans l’histoire des idées. A partir de la seconde guerre mondiale, nos sociétés ont mené un grand combat pour le développement, avec l’idée que les hommes devaient acquérir un certain niveau de bien-être et de maîtrise de leur destin. Au début des années 90, pour de multiples raisons, un virage radical s’opère. Ce n’est plus le bien-être de l’humanité qui importe mais celui de la planète, l’homme n’étant qu’une espèce parmi tant d’autres. La planète devient plus importante que l’humanité. Et dans cette perspective, tout est mis en œuvre pour montrer que cette humanité serait à la fois irresponsable et proliférante par rapport aux autres espèces.
Pour autant, je ne qualifierais pas cette posture d’obscurantiste. Car implicitement, cela signifie que je prétends détenir la lumière, que ce sont les autres qui sont dans l’erreur. Mais il y a quelque chose qui me gêne dans ce discours et qui rejoint votre idée d’un retour de l’obscurantisme. C’est le fait que, sous des angles qui apparaissent scientifiques mais qui ne le sont pas, on édicte des principes moraux visant à régenter la vie des individus.

D’une certaine manière, nous sommes toujours l’obscurantiste de quelqu’un d’autre. D’après vous, est-ce que ceux que l’on pourrait qualifier d’obscurantistes, ne font pas, aussi, avancer les débats ?
Evidemment, dès que vous énoncez un certain nombre de prétendues vérités de nature catastrophiste - « le monde court à sa perte », « nous allons manquer de tout » - vous suscitez une prise de conscience laquelle peut parfois permettre à la science de s’infléchir dans le bon sens. Nos processus de fabrication actuels sont d’ailleurs bien plus économes qu’il y a 20 ans. On peut dire que cela va dans le bon sens.
Mais ce n’est pas sans effets néfastes. Car en donnant de mauvaises interprétations, on aboutit aussi à de mauvaises solutions. Prenons l’exemple du réchauffement climatique. Tel qu’il nous est présenté, tout doit être mis en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le carbone serait devenu le nouvel ennemi de nos sociétés. Il est dommage et même gravissime que l’on ne se soucie pas d’abord de la façon dont un certain nombre d’êtres humains vivent, êtres humains qui, à ce jour, n’ont même pas le minimum vital.

Est-ce que votre expérience dans l’humanitaire a modifié votre regard sur ces questions-là ?
Le problème des ONG est qu’elles ont une véritable connaissance de fond mais que celle-ci est rarement valorisée. En effet, les programmes d’action sont dictés par une sorte de morale de l’urgence et de l’action, ce qui est compréhensible mais tend à reléguer au second plan l’analyse de fond des grandes tendances. Il y a un domaine emblématique de cette situation, c’est la démographie. On entend tout un ensemble d’anathèmes sur la prétendue prolifération de la population mondiale alors que la quasi totalité de l’humanité est entrée dans une période de transition démographique. L’humanitaire, c’est avoir le nez sur l’événement.
Pour ma part, j’ai eu la chance, que ce soit à Médecins Sans Frontières ou à Action Contre la Faim - même si j’en suis partie-, de pouvoir regarder au-delà de l’événement puisque ces ONG m’avaient demandé d’inscrire, par l’intermédiaire des connaissances géographiques, cette morale de l’action dans une action plus globale. Mon passage dans l’humanitaire m’a montré que l’on pouvait à la fois agir au quotidien et penser globalement.

Quelles sont les indulgences à acheter ?
Dans les pays développés, nous sommes arrivés à un certain degré de satisfaction de nos besoins essentiels en termes d’alimentation, de santé, de liberté de déplacement, d’accès à la culture, de connaissance. Mais tout se passe aujourd’hui comme si ce degré de liberté et de maîtrise de son propre destin devenait une sorte de culpabilité. Pour chacun des actes que nous commettons (et j’emploie ce terme à dessein), il nous faudrait rémunérer un certain nombre d’institutions qui se positionnent et s’autodésignent même, comme des intercesseurs entre nous et cette planète "sanctifiée". Comme les organisations humanitaires, elles reproduisent un discours selon lequel elles seraient toutes puissantes pour changer le cours des choses. Mais en réalité celui-ci n’est qu’au service d’une stratégie marketing. Ces institutions veulent exister et croître en tant que telles et pour ce faire, elles n’hésitent pas à employer toutes les règles du capitalisme moderne que ce soit la culpabilisation ou l’appel aux dons.

B. Sylvander : Dans vos propos, vous dites que l’on s’intéresse plus à la baisse des émissions de gaz à effet de serre qu’à l’injustice sociale au niveau international. Je ferai volontiers le lien avec ce qu’à dit Valérie Péan à propos de l’hygiénisme (1) à ce détail près : la période au cours de laquelle émerge l’hygiénisme, c’est-à-dire le XIXème siècle, est aussi marquée par le positivisme, posture qui consiste à expliquer les lois de la nature par la science et non plus par la théologie ou la métaphysique. Tous les grands penseurs tels que Saint-Simon, Charles Fourier ou Karl Marx avaient un projet social, un projet de justice social. J’ai le sentiment qu’aujourd’hui nous sommes dans un scientisme positiviste dans lequel le social n’existe plus. Partagez-vous cette idée ?
Totalement. On l’impression que le progrès devient source de suspicion. Il y a une espèce de fascination pour cette régression infantile qui consisterait à asservir, de nouveau, l’individu à toutes les tâches dont il a justement appris à s’exonérer grâce au progrès.

J.-M. Guilloux : Ce que vous décrivez, j’appelle cela le cultuel en référence à Malraux. Celui-ci disait ainsi que le 21ème siècle serait religieux ou ne serait pas. Et il me semble, à vous entendre, qu’il n’a pas tort. Prenons l’exemple du réchauffement climatique. Lors d’une discussion entre amis sur ce thème, j’ai douté de la véracité de ces questions arguant qu’il n’y avait pas véritablement de débat scientifique. J’ai bien cru avoir commis un blasphème. Je me suis retrouvé piégé, interdit voire démuni face à ce nouveau culte bien partagé. Cette affaire n’est-elle pas finalement assez grave ?
Cette affaire est très grave car elle se fonde sur trois contrevérités. La première consiste à dire qu’il existerait une sorte de nature, bien, bonne, bienveillante et ceci indépendamment de l’homme. C’est oublier que les paysages et les modes de vie ont été façonnés par les sociétés humaines depuis très longtemps.
La seconde élève les sociétés traditionnelles en modèle d’incarnation de sagesse et de bienveillance, alors que la force des sociétés développées réside dans leur capacité à protéger le faible, à lui laisser sa place.
La troisième contrevérité, c’est de tout interpréter à l’aune des émissions de carbone, et ainsi de considérer le milliard d’individus en difficulté comme une humanité proliférante et irresponsable. Celui qui est en trop, c’est toujours l’autre, jamais soi. On oublie dès lors que la priorité, aujourd’hui, est de permettre à ce milliard d’individus d’accéder à un certain nombre de satisfactions essentielles afin qu’ils puissent vivre, justement, conformément aux préceptes du développement durable qui nous sont toujours présentés comme l’objectif à atteindre.

B. Sylvander : En tant que sociologue, cette notion de besoins essentiels me pose question. Qui donne, dans nos sociétés, la définition du besoin essentiel ? Si on laisse le marché faire, on sait ce que ça donne ; de même pour l’Etat. Alors, qui définit les besoins essentiels ?
Nous pouvons mener cette discussion dans les pays développés parce que nous avons à manger, de quoi nous vêtir, nous chauffer, sans avoir à nous interroger en permanence pour savoir de quoi demain sera fait. J’ai tendance dans ce cas à prendre le point de vue d’une mère. Chacune souhaite que son enfant vive mieux qu’elle n’a vécu elle-même. Aujourd’hui, pour un certain nombre de mères, la question des besoins essentiels ne se pose pas ; leur enfant a accès à la santé, il va à l’école, il possède un certain niveau de vie.

B. Sylvander : il s’agirait d’indicateurs de bien-être...
Exactement. Des indicateurs de bien-être auxquels il faut ajouter la liberté. Le programme des Nations Unies pour le développement définit ce dernier comme ce qui rend l’homme plus homme, ce qui lui permet d’être maître de son destin, en capacité de choix. Or une bonne partie de l’humanité n’est pas dans cette situation. Et, paradoxalement, on a l’impression que le discours sur le développement durable s’adresse à un profil bien précis. Celui d’un homme, d’un certain âge, plutôt aisé, qui a suffisamment voyagé et vu le monde pour se satisfaire d’une vie locale repliée sur la maîtrise de ses flux d’énergie. Ce discours me gêne car cela laisse beaucoup de monde de côté.

J. Rochefort : Est-ce que cela ne veut pas dire que la pratique des ONG ou de certaines formes de militantisme politique, serait plus de type obscurantiste qu’émancipateur ?
Vous avez tout à fait raison de poser la question de la finalité de l’action humanitaire. Après tant d’années passées à travailler dans les ONG, à les examiner et même les critiquer, je peux dire que les choses bougent. Un certain nombre d’entre elles ont mis en place des actions de fond qui visent à changer les choses à la source. Par exemple, Médecins sans frontières mène des actions pour faciliter l’accès aux médicaments importants ou lutter contre les grandes endémies. Mais il est regrettable que d’autres reproduisent en permanence les mêmes erreurs. Leur morale de l’action est dictée par une sorte de logique compassionnelle qui sous-estime complètement les mécanismes socio-culturels des sociétés dans lesquelles elles sont amenées à intervenir. Cela induit des échecs en dépit de la bonne volonté initiale, d’un désir sincère d’aider l’autre ce que Gaston Kelman appelle le racisme angélique d’une organisation comme l’Arche de Zoé.

1) Voir la chronique "Hygiénisme, c’est du propre !" de Valérie Péan sur le site de la Mission Agrbiosciences.

A lire notamment de Sylvie Brunel :
Le Développement durable, Que Sais-je, ré-édité en mai 2007.
Une tragédie banalisée, la faim dans le monde, Ed. Hachette pluriel, 1991
Famine et Politique, Ed Presse de Sciences Politiques, 2002.
La planète disneylandisée, Chroniques d’un tour du monde, Ed. Sciences humaine, 2006

A lire sur le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences
Vous avez dit développement durable ?
Par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences.

Faut-il en finir avec le développement durable ?,
Par Jean-Louis Rastoin, agronome et économiste, dans le cadre des cafés-débats de Marciac.

"Ça ne mange pas de pain !" est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences depuis novembre 2006, pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Initialement enregistrée en public au bistrot du J’go à Toulouse (l’émission s’appelait alors "Le Plateau du J’Go"), elle est désormais enregistrée depuis octobre 2007 dans le studio de Radio Mon Païs (90.1). Diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois, elle peut être écoutée à ces mêmes dates et heures par podcast. Pour En savoir plus...

A l’issue de chaque émission, la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale des chroniques et tables rondes, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain" ainsi que Toutes les chroniques et interviews

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société- Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Alimentation en Débats du Plateau du J’GO-.Un Télescopage de points de vue de scientifiques, producteurs et cuisiniers sur l’actualité de l’Alimentation et de la Société organisé par la Mission Agrobiosciences. Rencontres enregistrées et diffusées le troisième mardi de chaque mois de 17h30 à 18h30 et le troisième mercredi de chaque mois de 13h à 14h sur Radio Mon Païs (90.1).

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edité par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : OGM et Progrès en Débat » - Des Points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal- Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Au cours de forums, de tables rondes, d’entretiens et de restitutions de colloques, la Mission Agrobiosciences cherche, au-delà du décryptage du terme bien-être animal, sujet à controverse, à déceler les enjeux et les nouvelles relations qui lient l’homme et l’animal et à en mesurer les conséquences pour le devenir de l’élevage, de l’alimentation et de la recherche médicale. Un débat complexe mêlant des notions de souffrance et de plaisir, d’éthique, de statut de l’animal, de modèles alimentaires...

Accéder à toutes les Publications : Sciences-Société-Décision Publique- Une « expérience pilote » d’échanges transdisciplinaires pour éclairer les enjeux, mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages en « Science et Société », instruire les débats en cours, clarifier des enjeux scientifiques et sociétaux des avancées de la recherche, participer à l’éclairage de la décision publique et proposer des réflexions et des objets de recherche à la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens- Des conférences de scientifiques de haut niveau et des débats avec les lycéens exprimées dans le cadre « L’Université des Lycéens » une expérience pilote pour lutter contre la désaffection des jeunes pour les carrières scientifiques. Ces publications constituent un outil pédagogique « vivant » qui favorise une lecture agréable et une approche « culturelle » de la complexité de la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies.
Depuis 2005, la Mission Agrobiosciences a participé à plusieurs manifestations (et a organisé des débats) sur le thème des bioénergies et de ses enjeux pour le futur de l’agriculture. Le magazine Web « Agrobiosciences » permet d’accéder à leurs contenus et de disposer d’éléments d’éclairage sur les possibilités, les limites, les solutions alternatives. L’ensemble réunit les analyses d’acteurs des filières industrielles et agricoles ainsi que des chercheurs tant dans le domaine de l’économie que de la chimie. (Septembre 2006)

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Des conférences-débats, articles et chroniques. Ces publications « Histoire de... » de la Mission Agrobiosciences concernent la science, l’agriculture, l’alimentation et leurs rapports avec la société. Des regards sur l’histoire, pour mieux saisir les objets dont on parle et l’origine technique et humaine des « produits » contemporains. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux Pour mieux comprendre les enjeux locaux et mondiaux et les turbulences qui agitent les acteurs de l’eau
Au cours de forums, de tables rondes et de conférences, de revues de presse et de sélections d’ouvrages, la Mission Agrobiosciences cherche à décrypter les enjeux mondiaux et locaux qui agitent le monde de l’eau : de la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits dans le cadre des négociations internationales Une nouvelle rubrique vient de naître sur le site de la Mission Agrobiosciences. Rassemblant l’ensemble des cahiers issus des débats et tables rondes consacrés au thème des produits de terroir et autres appellations d’origine ou indications géographiques, elle offre un dossier complet sur les enjeux et des marges de manoeuvre dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES-

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr