prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre de "ça ne mange pas de pain", l’émission radiophonique de la Mission Agrobiosciences.
Aux noms du porc (article original)
Une chronique "Grain de sel" de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences
copyright borghese .over-blog.com

Dans le cochon, tous les noms sont bons, pourrait-on presque dire. En tout cas, c’est l’animal qui, sans doute, dans notre langue, accumule autant de mots différents pour le désigner. Cochon, porc, verrat, goret, truie et j’en passe... D’où viennent tous ces termes, et pourquoi un tel foisonnement lexical ? Les réponses dans cette chronique enregistrée à l’occasion de l’émission radiophonique de la Mission Agrobiosciences "ça ne mange pas de pain !", Tours de cochon, diffusée les mardi 17 novembre 2009 (17h-18h) et mercredi 18 (13h-14h) sur Radio Mon Païs (90.1).
Télécharger gratuitement l’Intégrale PDF "Tours de cochon : heurts et malheurs du porc

 

Aux noms du cochon
La chronique Grain de sel de Valérie Péan

V. Péan. Dès le départ, c’est-à-dire dans l’Antiquité gréco-latine, c’est déjà Byzance. En grec, deux termes coexistent pour cette seule bête - hus et khoiros -, tandis qu’en latin, on relève pas moins de trois mots : sus, d’abord, qui sert à désigner la famille zoologique, ce qui est toujours le cas puisque nous en avons tiré les suidés. Nous en avons également dérivé le marsouin (le porc marin) et la souillure (qui vient plus exactement de sucula, truie).
Mais on trouve également le mot aper, plutôt réservé pour l’animal sauvage et, enfin, le fameux porcus, réservé à l’animal d’élevage et qui aura une longue postérité.
Ce dernier finit en effet par supplanter les deux autres, mais des adjectifs lui sont ajoutés pour préciser de quel type de porc il s’agit. Deux exemples : le porcus singularis. En clair, le porc solitaire, celui qui vit à l’état sauvage. Ce singularis a donné notre sanglier.
Notons également ce drôle de porcus troiana, le porc de Troie, qui consiste en une spécialité gastronomique : le porc farci de petit gibier et d’aromates, dont le nom est un clin d’œil au fameux Cheval de Troie. C’est de ce troiana que découle notre truie, du fait qu’elle aussi paraît farcie de petits...
Et puis, allez savoir pourquoi, selon qu’il est mâle ou femelle, le porc se voit baptisé de tout autres vocables, qui n’ont rien à voir étymologiquement. On parle alors de verres, pour les mâles, ce qui donnera le verrat, notre mâle reproducteur. Et de scrofa, pour la femelle, qui n’a remporté aucun succès en français, si ce n’est pour générer le terme "écrou". Quel rapport, me direz-vous ? C’est que scrofa désigne la vulve de la truie à laquelle l’écrou fait penser par sa forme... Une vulve qui fait l’objet, au passage, d’une véritable obsession, comme si en chaque Latin sommeillait un cochon. On retrouve en effet ce même sens anatomique dans porcellana, autre nom de la jeune truie, qui donnera la porcelaine, un gastéropode dont la forme ressemble aux organes génitaux de notre piggy.
Nous avons donc retrouvé le porc, le sanglier, le verrat, la truie, les suidés... Il nous en manque encore deux. En effet, comme si cela ne suffisait pas, les Latins ajoutent deux autres noms tirés d’onomatopées. La première imite le bruit que faisaient les éleveurs pour appeler leurs porcs : coch-coch, dont nous avons tiré le cochon, donc l’animal élevé pour sa viande. La deuxième onomatopée permettait, elle, de singulariser les jeunes mâles, et est censée traduire son grognement : en l’occurrence gor, qui a donné naissance au goret.
Reste une question : pourquoi une telle variété terminologique ? Tentons des hypothèses. Peut-être ce foisonnement révèle-t-il la place essentielle du porc dans la vie et l’alimentation des hommes dès l’Antiquité - le porc a été domestiqué dès le 8è millénaire avant JC. Mieux, la profusion des noms qui le désignent semble traduire le caractère prolifique de cet animal, qui symbolise l’abondance et la richesse dans toutes les civilisations. Ce qui explique au passage le choix du cochon pour nos tirelires.
Profusion, donc, mais aussi caractère multifonctions du porc, qui nécessite de différencier les individus selon leur âge, leur genre et l’usage que leur destinent les hommes. Il est par exemple important de séparer, par deux noms différents, l’animal sauvage et domestique. Le porc est en effet si proche de nous - par son alimentation omnivore, sa peau, son cousinage biologique - que, pris entre l’attrait et le rejet, nous avons très tôt ressenti le besoin de le mettre à distance quand il nous effraie par sa goinfrerie, sa saleté, son agressivité, son aspect.
Toutefois, nous n’en sommes pas encore aux "cochonneries" sexuelles, malgré la présence entêtante des vulves de truie. Certes, dans Homère, la magicienne Circé transforme en cochon tous les hommes qui la draguent d’un peu trop près... mais pas trace encore de souillure morale.
Selon l’historien Michel Pastoureau, ce n’est vraiment qu’à partir de la Renaissance, en Occident, que le porc devient une bête de luxure, la plus lubrique d’entre elles restant le sanglier...

Que s’est-il passé pour que les porcins basculent à ce point vers cette mauvaise réputation ? C’est que les chiens, qui étaient jusque là affublés des mêmes défauts que le porc, sales, grossiers et voraces, se trouvent peu à peu valorisés en tant que compagnon de l’homme et se voient du même ocup débarrassés de toutes leurs tares, rejetées sur notre malheureux suidé... Un "transfert symbolique", en quelque sorte. Les Chrétiens en rajouteront une louche en décrétant que s’il a le groin toujours au sol, c’est qu’il se détourne du ciel et de Dieu - sans oublier que ses sabots sont fendus comme les pieds de Satan et qu’en tant qu’omnivore, il est fortement soupçonné de cannibalisme. Bref, face à une telle dépravation, il devient dès lors de bon ton de ne pas garder les cochons ensemble...

Une chronique de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences. "ça ne mange pas de pain !" de novembre 2009,Tours de cochon. L’émission peut être écoutée les mardi 17 novembre 2009 (17h-18h) et mercredi 18 (13h-14h) sur Radio Mon Païs (90.1).

"Tours de cochon : les heurts et malheurs du porc". L’Intégrale de "ça ne mange pas de pain !" de novembre 2009

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Steaks options : L’homme, l’animal et la viande en questions. Entretien avec Geneviève Cazes-Valette, Docteur en anthropologie sociale et ethnologie. Dans le cadre de l’émission de "ça ne mange pas de pain !" de juin 2009, "Viande, le nouveau péché de chair ?"
- De l’Autel à la Table : à quoi servent les sacrifices animaux ?. Entretien avec l’anthropologue Jean-Pierre Albert. Dans le cadre de l’émission de "ça ne mange pas de pain !" de juin 2009, "Viande, le nouveau péché de chair ?"
- Alimentation et société : "Manger au Moyen âge : à tout seigneur, toute humeur". Chronique Sur le Pouce suivie d’un entretien avec Gérard Garrigues, cuisinier, chef du Moaï. A l’occasion de l’émission de "Ça ne mange pas de pain !" de décembre 2008, Manger, c’est pas sorcier, mais...
- Agriculture et Société. L’élevage : plaisir ou souffrance en partage ?. Entretien avec Jocelyne Porcher, chargée de recherche à l’Inra-SAD/CNAM, par Sylvie Berthier. Septembre 2004.
- Le porc noir gascon. Une table ronde animée par François Delpla, avec Jean-Claude Flamant, zootechnicien, ancien président Centre Inra Toulouse, et Armand Touzanne, directeur du consortium du noir de Bigorre. Dans le cadre de "ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du j’Go") de février 2007, Retour sur la crise de la vache folle, la guerre des semences et le porc noir gascon.


"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h00-18h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h00-18h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Huile de palme et Nutella, ces débats qui font tâche...
Alimentation et société. Glanage : quand les glaneurs se passent de blé (chronique originale)
Alimentation et société. "Jardins ouvriers, familiaux, collectifs. Ces mots qui prennent racine" (interview originale)
Nutrition du bétail : faut-il tout envoyer paître ? (interview originale)
L’innovation s’accroche aux branches (interview originale)
Quand les plantes s’acclimatent (entretien original)
L’épicerie mozabite (chronique originale)
Aux tables de la frugalité (entretien original)
La frugalité pour nouvelle religion ? (entretien original)
Les scouts sont de grands sportifs ! (chronique originale)
La sobriété heureuse ou comment rester sur sa soif ? (entretien original)

Les contre-performances des boissons énergisantes (interview originale)


Nutrition et activité physique : on ne joue pas tous dans la même catégorie (entretien original)
Les athlètes de l’Antiquité à nos jours : Les champions de la grande bouffe. (chronique originale)
Alimentation-santé : quand Bleu Blanc Cœur veille aux grains (interview originale)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr