09/06/2015
Vient de paraître. Les cahiers des Tables Rondes "Développement durable"
Nature du document: Actes des débats

Transition alimentaire : pourra-t-on éviter le grand carnage ? (publication originale)

S.Michels et JP PoulainQue l’on évoque la transition alimentaire, et l’on se trouve bien souvent face à cette problématique. Les modèles alimentaires des pays du Nord, caractérisés par une plus forte consommation en produits d’origine animale ne pourront pas se généraliser à l’ensemble du globe sans poser de sérieux problèmes environnementaux, sanitaires, économiques, ou socio-culturels. Derrière cette inquiétude, une réalité : la hausse des revenus, l’urbanisation, et l’occidentalisation des modes de vie s’accompagne généralement d’un changement des régimes alimentaires, et d’une plus grande consommation en produits animaux. Selon l’Onu, au rythme où vont les choses, il faudra augmenter de 70 % la production agricole d’ici 2050 et, en prévision des 9 milliards d’êtres humains que nous serons, celle en protéines animales de 76%. Ce, dans un contexte de raréfaction des ressources et sans aggraver les pressions sur l’environnement. Insoluble casse-tête ? Pour bien des experts, le salut passe par la rupture : dans les pays du Nord, une plus grande modération, avec une réduction de la consommation en protéines animales ; au Sud, une augmentation de la disponibilité alimentaire, en produits animaux notamment.
Pour mieux saisir les tenants et les aboutissants du phénomène de transition alimentaire, la Mission Agrobiosciences et l’INP-Ensat lui consacraient, le 7 janvier 2015, l’une des Tables Rondes « Développement durable ». A la tribune face aux élèves ingénieurs, trois personnalités de différentes sensibilités : le nutritionniste et épidémiologiste Yves-Martin Prével, le président de Protéines SAS, Serge Michels, et le sociologue Jean-Pierre Poulain. Tout trois insistent tour à tour sur les nombreuses imprécisions et incertitudes qui jalonnent ce dossier.

Pas de demi-mots…

Première difficulté, les glissements sémantiques à l’œuvre. Alors que la transition alimentaire fait référence à « l’augmentation de la part protéique et de la part lipidique d’origine animale dans un régime alimentaire », le terme est souvent employé pour désigner les tensions que risque d’entraîner l’augmentation de la population mondiale et l’accroissement de la demande en produits animaux, insiste Jean-Pierre Poulain. Il revêt une forte polysémie.
De son côté, Yves Martin-Prével invite à faire la distinction entre protéines animales et produits animaux. Dans les débats sur la transition alimentaire, le terme de protéines revient sans cesse, cristallisant à lui seule toute la problématique. Pour Yves Martin-Prével, cela témoigne d’une « idéalisation de la protéine, particulièrement de la protéine animale ». Et d’une erreur : l’homme ne mange pas des protéines, mais bien des produits animaux.

Derrière les tendances de fond, de fortes divergences

Deuxième difficulté, les grandes tendances mondiales masquent des situations très contrastées d’un pays à l’autre, et même au sein d’un pays. Comprenez, s’il est vrai que la consommation mondiale en produits animaux va s’accroître, particulièrement dans les pays d’Asie (Chine, Inde), le phénomène va se traduire différemment selon les préférences culturelles des populations. Ici on va plutôt privilégier le poulet, là le bœuf, ailleurs le poisson… En l’absence de données précises sur les consommations alimentaires (et non leurs disponibilités), la plus grande prudence est de rigueur.

Le prix comme forte ligne de tension

Troisième enseignement de cette table ronde, les lignes de tension ne sont pas toujours celles que l’on croit. Alors que l’accroissement de la demande focalise l’attention, c’est la question du prix qui est centrale. La réduction de la consommation en produits animaux dans les pays du Nord, que certains experts appellent de leurs vœux, ne passera pas tant par une prise de conscience écologique qu’une réalité bien prosaïque : dans un système agroindustriel caractérisé par de faibles marges, que compensent de gros volumes, quelques centimes au kilo pèsent lourd dans la balance. Que le prix des matières premières d’origine animale flambe, et les industriels vont vite chercher des ingrédients de substitution.

Du fait de la crise économique qui touche le Portugal, les industriels ont commencé à introduire des protéines végétales dans les préparations alimentaires à base de viande hachée, pour ne pas trop impacter le prix de vente final. Pour Serge Michels, c’est une réalité dont il faut absolument tenir compte.

De manière plus générale, il lance à la fin de cette table ronde cette mise en garde sur la perte de valeur que connaît aujourd’hui l’alimentation. « Le système de guerre actuel des prix conduit à une destruction de la valeur de l’alimentation (…). On ne pourra pas innover, développer de nouveaux aliments sans créer de la valeur. (…) Cela signifie implicitement que le produit doit avoir un valeur objective comme symbolique ».

TELECHARGER LE CAHIER :

Avec Yves Martin-Prével, épidémiologiste et nutritionniste (IRD) ; Serge Michels, Président de Protéines SAS ; Jean-Pierre Poulain, sociologue, directeur de l’Isthia (Univ. Toulouse Jean-Jaurès)

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top