prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Contribution aux 22èmes Controverses européennes de Marciac (29 et 30 juillet 2016)
Rompre avec... le désenchantement de l’avenir
Par Gérard Choplin, analyste, rédacteur indépendant (politiques agricoles, alimentaires et commerciales)

Afin de recueillir une pluralité de points de vue et d’alimenter en amont les 22èmes Controverses européennes de Marciac (29 et 30 juillet 2016), posant la question "Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?", la Mission Agrobiosciences a lancé un appel à contribution.
Voici celle de Gérard Choplin. L’homme nous livre une kyrielle de pratiques avec lesquelles il nous faut rompre, des plus classiques comme le productivisme ou l’artificialisation des terres, aux plus étonnantes comme le cauchemar de Darwin sur le lac Victoria ou les crevettes de la Mer du Nord épluchées au Maroc ; et termine sur une série de "Oui à" allant de nouvelles règles - solidaires cette fois - du commerce international agricole à l’harmonisation fiscale et sociale par le haut dans l’UE... En voilà, du grain à moudre pour les Controverses de Marciac !
Lire sa contribution et toutes les autres, qu’elles soient écrites ou filmées.

 

Rompre avec…. le désenchantement de l’avenir

Rompre avec le productivisme, rompre avec les règles actuelles du commerce international agricole, rompre avec la vente à perte des producteurs, rompre avec l’addiction au pétrole de l’agriculture, rompre avec l’industrialisation de l’élevage - et la non prise en compte de ses externalités négatives-, rompre avec le hors-sol, rompre avec la cogestion de la politique agricole par la FNSEA et les gouvernements français, rompre avec les algues vertes sur les plages, rompre avec la sixième extinction de la biodiversité, rompre avec l’industrialisation du bio, rompre avec l’accaparement des terres en Roumanie, rompre avec les crevettes de la Mer du Nord épluchées au Maroc, rompre avec les cotisations volontaires obligatoires, rompre avec les agro-carburants ayant un rendement énergétique dérisoire ou négatif.

Rompre avec le prix du lait déterminé en Nouvelle-Zélande, rompre les négociations TTIP, rompre avec les animaux clonés, rompre avec les golfs mangeurs d’espace et buveurs d’eau, rompre avec les primes à la place des prix, rompre avec la financiarisation de l’agriculture, rompre avec le pillage de l’Ukraine, rompre avec la fable des hybrides, rompre avec les OGM, rompre avec le poulet chloré, rompre avec les vins bourrés d’additifs, rompre avec les assurances à la place des prix, rompre avec le dumping fiscal, rompre avec les poules et lapins en cage, rompre avec le dogme de la compétitivité, rompre avec le non plafonnement des primes PAC, rompre avec l’illusion française de nourrir le monde, rompre avec l’addiction de l’élevage au tourteau de soja, rompre avec la financiarisation de la nature, rompre avec les grumes de hêtres wallons débités en Chine, rompre avec une PAC copiant avec retard les erreurs du Farm Bill américain.

Rompre avec les règles hygiénistes imposées aux petits artisans alimentaires, rompre avec le mythe de l’autorégulation des marchés agricoles, rompre avec le blanchiment du dumping par la boîte verte de l’OMC, rompre avec la fable du découplage des aides vis-à-vis de la production -soit disant non distorsives-, rompre avec le cauchemar de Darwin sur le lac Victoria, rompre avec la mer de plastique d’Almeria, rompre avec les antibiotiques sans modération, rompre avec le labour profond, rompre avec la monoculture, rompre avec l’élevage de ruminants sans pâturage, rompre avec le laxisme sur la loi nitrates, rompre avec un étiquetage national(iste) des produits agricoles qui ne tiendrait pas compte des modes de production, rompre avec le bradage de notre poudre de lait en Afrique, rompre avec la mort des abeilles, rompre avec le dumping social, rompre avec la spéculation sur les matières premières agricoles, rompre avec l’huile de palme dans l’alimentation.

Rompre avec la dérégulation des marchés, rompre avec le non labour + herbicides, rompre avec le marché des primes PAC, rompre avec les chassés-croisés entre postes à la Commission européenne et dans le business, rompre avec l’exploitation de migrants dans des « exploitations » agricoles, rompre avec l’érosion des sols agricoles, rompre avec le captage de la valeur ajoutée du travail agricole par l’amont et l’aval, rompre les accords dits de « partenariat » économique qui vont ruiner l’Afrique, rompre avec la délocalisation de nos productions de légumes, fleurs… dans des pays à très bas salaire, rompre avec l’impunité des manifestants Fnsea détruisant des biens publics, rompre avec les oligopoles de la grande distribution, rompre avec le dumping à l’exportation -y compris avec les aides PAC découplées-, rompre avec la priorité à l’exportation, rompre avec la volatilité des prix agricoles.

Rompre avec les modes de production qui réchauffent le climat, rompre avec les épines de sang des roses coupées du Kenya, rompre avec le chauffage des serres avec des énergies fossiles, rompre avec des IGP trop laxistes sur les modes et lieux de production, rompre avec la concentration des abattoirs, rompre avec le modèle maïs-soja, rompre avec l’utilisation de sel sans modération dans l’industrie alimentaire, rompre avec la course à l’agrandissement des exploitations facilitée par la PAC, rompre avec la non reconnaissance économique, sociale et culturelle du travail paysan, rompre avec le glyphosate, rompre avec les zonings de supermarchés aux abords des villes et avec la désertification commerciale des villes petites et moyennes, rompre avec l’artificialisation des sols agricoles, rompre avec les accords dits de « libre »-échange, rompre avec la pollution des nappes phréatiques des bassins céréaliers intensifs, rompre avec..., mais

OUI à de nouvelles règles - solidaires cette fois - du commerce international agricole, aux légumineuses à la place du soja, à un revenu agricole fait d’abord de prix et non de primes, aux rotations obligatoires, à la diversification des cultures et des races d’élevage, à la régulation des marchés agricoles, aux primes par actif et non par hectare, aux semences paysannes, aux petits abattoirs mobiles, à la restauration scolaire bio et locale, aux jardins potagers dans les écoles, à l’élevage porcin de plein air, au non labour sans herbicides, à l’agriculture biologique paysanne, à l’agroforesterie,

OUI au pâturage des ruminants, aux moutons à la place des canadair, aux fromages au lait cru, aux appellations d’origine protégée, à la solidarité au lieu de la concurrence, aux relations directes entre producteurs et consommateurs locaux, à la restauration de la matière organique dans les sols, à une juste répartition de la valeur ajoutée entre les producteurs et l’aval, à des exploitations agricoles à taille humaine et transmissibles, à la conservation et à la réhabilitation des zones humides, oui à une aquaculture durable sans farine de poisson,

OUI à une PAC nouvelle, solidaire, régulée, et pourvoyeuse d’emploi, aux marchés locaux-régionaux, oui à l’internalisation des externalités négatives des modes de production industrialisés, à un étiquetage de l’origine des produits et de leur mode de production, à la couverture des hangars agricoles de panneaux solaires - avec prêts à taux zéro remboursés par la vente d’électricité -, à un enseignement agricole basé sur l’agro-écologie, au pressage à la ferme d’huile oléagineuse locale pour les machines de la ferme, oui à la lutte biologique, aux marchés fermiers, à une taille maximale d’élevage, oui à l’harmonisation fiscale et sociale par le haut dans l’UE, OUI à…

Gérard Choplin
analyste, rédacteur indépendant (politiques agricoles, alimentaires et commerciales). Publié le 11 juillet 2016

Vous aussi pouvez contribuer jusqu’au 18 juillet 2016 aux 22èmes Controverses européennes de Marciac. Voir les modalités ICI

Accéder au programme et au bulletin d’inscription des Controverses de Marciac 2016

Accéder à toutes les contributions aux 22ièmes Controverses européennes de Marciac :
- L’agribusiness survivra-t-il à la fin des paysans ?, par Auréline Doreau et Tanguy Martin, Ingénieurs sans frontière.
- Crise de la production agricole... ou échec d’une agriculture "low cost", par D. Michenot (agriculteur, ancien administrateur de Terrena), F. Colson (économiste, ancien directeur de l’Ecole nationale d’horticulture) et M. Jouvet (ancien directeur de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique)
- Une révolution mentale et sociale est nécessaire !, par Hervé LE STUM, Retraité d’organisations professionnelles agricoles
- Renouvellement des générations et des modèles de production agricoles : accompagner l’alternatif !, par D. Michenot, agriculteur à la retraite.
- Oser un vrai débat stratégique pour sortir de la crise , par Jean-Marie SERONIE, agroéconomiste indépendant
- Si l’on veut produire autrement, il faut distribuer autrement ! par Jean-Pierre Bernajuzan, agriculteur à la retraite.
- Vers une rupture éthique pour réussir la transition agroécologique, par Philippe Cousinié, Ingénieur agronome (agronomie tropicale et économie agroalimentaire), économiste et animateur national du réseau thématique « Agronomie Ecophyto »
- Inventer de nouveaux rapports à la nature pour se construire un futur, par Aurélie Javelle, ethnologue, ingénieure de recherche à Montpellier SupAgro
- Rompre avec… le désenchantement de l’avenir, par Gérard Choplin, analyste, rédacteur indépendant (politiques agricoles, alimentaires et commerciales).
- Rompre définitivement avec un système financier, économique, agricole, technologique et social voué à l’échec. par Agnès Gosselin, d’après l’appel du pape François à une conversion écologique intégrale dans son encyclique « Laudato si ».
- Quelques « ruptures » pour ré-inventer l’avenir, par Rémi Mer, consultant, auteur de l’essai « Le paradoxe paysan ».
- Le changement, c’est ici et maintenant !, par Gérard Rass, Secrétaire Général de l’APAD.
- Mes gélules de la PAC, Tomás García Azcárate, ancien fonctionnaire européen.
- Le blaireau, une occasion de penser le futur, par Muriel Mambrini-Doudet, chargée de mission auprès du directeur scientifique Agriculture–INRA, et Christian Peltier, Enseignant, Doctorant sciences de l’éducation (UBFC).

Les contributions filmées
- Coopération alimentaire : rompre avec les modèles de gouvernance et de formation et réorienter la consommation par Jean-Louis Rastoin, membre de l’Académie d’agriculture de France (3’52)
- Coopération agricole : le Sud doit-il copier le modèle du Nord ou adopter au plus vite les ruptures que le Nord engage ?, par Omar Bessaoud Ciheam-IAMM
- Quand des étudiants parlent de rupture


Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde" Gandhi.
Le blaireau, une occasion de penser au futur
Mes gélules de la PAC
Le changement, c’est ici et maintenant
Quelques « ruptures » pour ré-inventer l’avenir
Rompre définitivement avec un système financier, économique, agricole, technologique et social voué à l’échec.
Inventer de nouveaux rapports à la nature pour se construire un futur.
Vers une rupture éthique pour réussir la transition agroécologique
Quand des étudiants parlent de rupture ...
Coopération alimentaire : rompre avec les modèles de gouvernance et de formation et réorienter la consommation
Coopération agricole : le Sud doit-il copier le modèle du Nord ou adopter au plus vite les ruptures que le Nord engage ?
Si l’on veut produire autrement, il faut distribuer autrement !
Oser un vrai débat stratégique pour sortir de la crise !
Renouvellement des générations et des modèles de production agricoles : accompagner l’alternatif !
Une révolution mentale et sociale est nécessaire !

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr